Le chômage avec la prévoyance

avantage recrutement handicap intérim

Tout savoir sur le chômage avec la prévoyance

Les intérimaires qui traversent une période de chômage bénéficient d’une protection avec la prévoyance. Ta prévoyance se charge de trouver pour toi des solutions concrètes.

Elle peut assurer sous certaines conditions la portabilité de tes droits lorsque tu es au chômage et que tu désires bénéficier de tes garanties prévoyance.

 

Quelles sont les conditions pour bénéficier de la portabilité des droits ?

Ta garantie prévoyance est maintenue si tu as terminé ta mission d’intérim (sauf faute grave), pour une durée égale à celle du dernier contrat.

Il faut cependant noter que les droits à la couverture complémentaire doivent avoir été ouverts dans la dernière agence d’intérim. L’intérimaire doit aussi bénéficier de l’assurance chômage.

Tes droits de portabilité cessent lors de la cessation du contrat de travail te liant à ton agence d’intérim. Il est maintenu seulement pour une durée égale à celle du dernier contrat de travail. Cette durée est prise en compte en mois entiers, ce qui fait que la durée minimale est de 30 jours. Cette période ne peut pas excéder 12 mois.

 

Quels justificatifs faut–il fournir pour bénéficier d’une indemnisation complémentaire en cas d’arrêt maladie ?

Tu devras fournir à votre Prévoyance les justificatifs suivants :

  • Un arrêt de travail délivré par ton médecin ;
  • Ton dernier contrat de mission et avenant(s) éventuel(s) ;
  • La justification de la prise en charge par le régime ‘assurance chômage ;
  • Les décomptes des allocations chômage ;
  • Les décomptes d’indemnités journalières de la Sécurité sociale ;
  • Ton relevé d’identité bancaire.

Il faut savoir que l’indemnisation maladie et chômage ne peuvent pas se cumuler.

 

En cas de décès d’un intérimaire :

Les ayants droit devront fournir les pièces suivantes à la prévoyance :

  • Un extrait d’acte de décès ;
  • La photocopie du livret de famille et extrait d’acte de naissance avec mentions marginales ;
  • Le dernier contrat de mission et éventuels avenants ;
  • La justification de la prise en charge de l’intérimaire par le régime d’assurance chômage à la date du décès ;
  • Les décomptes des allocations chômage ;
  • Un relevé d’identité bancaire ou postal du/des bénéficiaires ;
  • Un justificatif d’enfant à charge si enfant de plus de 16 ans ;
  • Un avis d’imposition.

 

Si un décès ou un arrêt de travail survient durant la période de maintien des droits au titre de la portabilité, les ayants droit ou intérimaires doivent contacter la Prévoyance.

 

Le chômage de longue durée

Durant les périodes de forte activité, certaines entreprises font appel à des intérimaires.

Ce sont des missions faciles à obtenir, du moins, plus faciles à obtenir qu’un CDD ou un CDI. Lorsque plusieurs missions d’intérim ont été réalisées, il arrive qu’un contrat de travail traditionnel soit proposé, ou bien des missions plus nombreuses et plus fréquentes.

C’est un atout pour les jeunes : ils gagnent en expérience.
Pour les plus de 50 ans, les missions d’intérim peuvent s’avérer être un vrai tremplin pour recevoir des formations et se faire connaître des employeurs.

L’intérim est un moyen de retrouver une place dans le monde du travail, qu’elle soit stable ou diversifiée.