www.partnaire.fr Tout savoir sur la prévoyance en intérim Dans quels cas intervient la prévoyance pour les intérimaires ?

Dans quels cas intervient la prévoyance pour les intérimaires ?

prévoyance

Le régime de prévoyance permet de couvrir les intérimaires pour les risques liés à la personne :

  • Les risques  de dommages corporels issus de la maladie ou de l’accident de travail (dans ce cas la complémentaire santé agit, et tu reçois des indemnités journalières en cas d’arrêt de travail, ou des rentes d’invalidité…),
  • Les risques d’engagements liés à la durée de vie (capital décès, rentes de conjoint et d’éducation, épargne retraite, dépendance).

 

Le régime de prévoyance est différent du régime de remboursement des frais de santé. Dès ta première heure de mission d’intérim, tu es couvert par la prévoyance pour les cas suivants :

  • Maladie ;
  • Accident du travail ;
  • Accident de trajet ;
  • Maladie professionnelle ;
  • Décès ;
  • Maternité, adoption.

 

La prévoyance en cas d’arrêt de travail 

Il existe différents types d’arrêts de travail :

Pour bénéficier de la meilleure protection et des meilleures indemnisations possibles, il est nécessaire de connaître tes droits et devoirs pour adopter les bonnes démarches.

 

La prévoyance, pour prévenir d’éventuels problèmes de santé 

Certains postes peuvent te fatiguer. L’important est de rester en bonne santé. La prévoyance t’aide à prévenir les risques et à vous armer contre les problèmes de santé récurrents. Ta prévoyance est à tes côtés pour t’ aider à prendre soin de ta santé.

Elle t’avertit sur les addictions, les maladies cardio-vasculaires, les troubles du sommeil, et te conseille sur les bonnes habitudes à adopter pour prendre soin de toi et de ta santé. Ton hygiène de vie joue un grand rôle sur ta santé globale, alors n’hésite pas à consulter la rubrique santé qui ne pourra que t’être bénéfique.

 

La prévoyance, en cas de chômage 

Ta prévoyance se charge de trouver des solutions concrètes lorsque tu traverses une période de chômage. Elle te fait bénéficier d’une protection.  

Elle peut assurer sous certaines conditions la portabilité de tes droits lorsque tu es au chômage et que tu désires bénéficier de tes garanties prévoyance.

 

Les conditions nécessaires à l’obtention de la portabilité des droits 

Ta garantie prévoyance est maintenue si tu as terminé ta mission d’intérim (sauf si tu as commis une faute grave), pour une durée égale à celle du dernier contrat.

Il faut cependant que les droits à la couverture complémentaire aient été ouverts dans la dernière agence d’intérim. L’intérimaire doit aussi bénéficier de l’assurance chômage.

Tes droits de portabilité cessent lors de la cessation du contrat de travail te liant à ton agence d’intérim. Il est maintenu seulement pour une durée égale à celle du dernier contrat de travail. Cette durée est prise en compte en mois entiers, ce qui fait que la durée minimale est de 30 jours. Cette période ne peut pas excéder 12 mois.

 

La prévoyance, en cas de formation 

Ta prévoyance peut intervenir dans de nombreuses situations. C’est le cas pour l’aide financière aux formations professionnelles.

Les intérimaires peuvent bénéficier d’une aide à la formation dans le cadre d’une réinsertion professionnelle. Une bonne nouvelle pour ceux qui désirent se réorienter ou se perfectionner dans leur domaine. Avec l’aide de Pôle Emploi, du Conseil régional et du FAF-TT, la prévoyance peut accorder des aides au financement de ces formations aux intérimaires.

 

Quelles sont les formations pour lesquelles la prévoyance peut procurer des aides ?

Ta prévoyance peut participer au financement des formations suivantes :

  • Les formations suivies dans un des 11 centres Cnam (Conservatoire National des Arts et Métiers). Ta prévoyance peut prendre en charge des frais pédagogiques. Contacte-les pour te renseigner sur les places disponibles et les régions concernées.
  • Les autres formations : tu peux demander une aide financière à ta prévoyance pour les frais pédagogiques et les frais annexes de formation. Pour obtenir une aide, tu dois avoir travaillé plus de 450 heures durant les 12 derniers mois.

 

La retraite, avec la prévoyance 

Bien prévoir sa retraite est important, prépare-la au mieux en t’informant sur les modalités.
Si tu es intérimaire, tu cotises à deux retraites :

  • La retraite de base 
  • La retraite complémentaire

Tu n’as pas de démarches à effectuer, les cotisations sociales sont prélevées directement sur ton salaire. Celles-ci sont envoyées à l’URSSAF pour ta retraite de base et à ta prévoyance pour ta retraite complémentaire.

 

La retraite de base :

La retraite de base est le premier niveau de la retraite obligatoire. Les régimes de base sont le fondement du système de retraite français et concernent les salariés du privé, du public, les travailleurs non salariés et les salariés bénéficiant de régimes spéciaux comme ceux de la RATP ou de la SNCF.

Comment ça marche ?

Ce système de retraite est basé sur la solidarité intergénérationnelle : il s’agit d’un système de répartition où les salariés cotisent pour payer les retraites de leurs aînés. En contrepartie ils gagnent le droit à une pension de vieillesse.

 

La retraite complémentaire :

Le régime complémentaire représente le deuxième niveau de la retraite. Il complète la retraite de base et est obligatoire. Il fonctionne selon le principe de répartition. Ta cotisation est prélevée sur ton salaire brut chaque mois. C’est ton employeur qui l’ajoute à sa cotisation patronale et la transfère à une caisse de retraite complémentaire. C’est de cette façon que tu accumules des points de retraite.

 

Lorsque tu prendras ta retraite, tu toucheras un revenu complémentaire à ta pension de base. Le montant de cette pension correspond au nombre de points que tu as accumulé, multiplié par le prix du point en vigueur à cette date.

La retraite complémentaire est gérée indépendamment de la pension de base pour les salariés du secteur privé.

 

A cela peut s’ajouter une retraite supplémentaire :

La retraite supplémentaire est un moyen de se constituer un capital additionnel. Elle est basée sur un système de capitalisation et peut être mise en place par une entreprise ou par toi-même, via un produit d’épargne.  Elle est facultative.